Bandeau de la page Le patrimoine bâti

Le patrimoine bâti

Reconnue pour ses halles du XVIème siècle, la ville possède un patrimoine bâti remarquable à l'image de ses nombreuses chapelles et vieilles demeures.

Le  patrimoine questembertois ne se limite pas seulement aux halles qui font la réputation de la cité. La chapelle Saint Michel, située dans le cimetière, la Tour Belmont, l’hostellerie Le Guennego, ainsi que de nombreux bâtiments et plusieurs chapelles de village composent également le paysage architectural. Mais il est un patrimoine plus discret qui participe au charme de la commune et qui se découvre en empruntant sentiers, rues transversales et chemins creux. Fontaines, lavoirs, calvaires, maisons d’artisans… sont autant d’éléments significatifs du patrimoine questembertois.

Les halles

monuments-historiques-logo

Construites en 1552 sur l’emplacement de l’ancienne Cohue, elles sont dues à Jérôme De Carné, Comte de Cohignac et créateur des Foires de Questembert. Elles sont classées Monument Historique depuis 1922.

Elles seront restaurées en 1675 par un entrepreneur local digne de son nom, Estienne Charpentier. Généralement couvertes, les Halles sont conçues pour abriter, délimiter et réglementer une zone d’échanges commerciaux. Le marché est le lieu privilégié de la convivialité où s’échangent marchandises et informations. Autrefois, drapiers, cordiers, cordonniers, paysans s’y retrouvaient pour y écouler leurs marchandises qui constituaient l’essentiel de l’activité des foires d’antan.

Les Halles, restaurées en 1997, n’ont en fait jamais été autant utilisées qu’aujourd’hui. Elles accueillent un grand marché le lundi matin, un marché de produits du terroir le mercredi soir, mais aussi les brocantes, concerts et autres manifestations culturelles.

Il ne subsiste en Bretagne “historique” que 4 Halles à charpente de bois, celles de: Questembert et Le Faouët en Morbihan, Plouescat en Finistère et Clisson en Loire-Atlantique.

 L’hostellerie Le Guennego

L’hostellerie Le Guennego est l’une des plus vieille maison de la ville. Les textes évoquent une reconstruction de cette maison dans la première moitié du 16ème siècle, avant 1540. À cette époque la façade Sud avec son pignon sur rue possède une structure à pan de bois et une boutique qui fonctionne en relation étroite avec l’activité commerciale de la cohue, précédant les halles actuelles.

Des remaniements postérieurs, notamment de lourds travaux réalisés dans la seconde moitié du 19ème siècle, ont concerné la reconstruction de la façade, la suppression de la structure à pan de bois, la modification partielle des planchers et des aménagements intérieurs, comme par exemple la suppression des cheminées anciennes.

La tour d’escalier et la partie Ouest du logis couverte en appentis ont cependant échappé aux travaux de modernisation. La tour d’escalier constitue l’élément architectural le plus abouti. Contrairement à la toiture de l’escalier de l’hôtel voisin – l’hôtel de Belmont – celle-ci n’a pas été (ou peu) modifiée depuis sa création au 16ème siècle.

En 2002, le bâtiment a été acheté par la ville et a fait l’objet d’une importante restauration. Il abrite désormais l’office du tourisme Rochefort-en-Terre Tourisme.

L’hôtel Belmont et sa tour

jardin-belmont_questembertSitué à proximité de l’hostellerie Le Guennego, l’hôtel Belmont date du XVème siècle. Transformé à plusieurs reprises, ce bâtiment a notamment abrité une boucherie et l’office du tourisme. Pour pouvoir admirer la tourelle remarquable il faut contourner l’édifice et pénétrer dans le jardin clos de la rue du reliquaire. Cette tourelle est coiffée d’une toiture originale de 4 versants à double cintres qui se rejoignent en accolade au sommet. La saillie extérieure de ce toit abrite 2 caryatides de bois sculptées, qui représenteraient « Questembert et sa femme ».

Le Moulin de Lançay

Moulin à eau (XIVème siècles), Inscrit aux Monuments Historiques et Lauréat de la Fondation du Patrimoine.

Ce moulin à eau a conservé son système hydraulique, sa roue à augets, mécanismes de mouture et de tamisage de la farine en fonctionnement. Visites guidées et commentées. Situé sur un site protégé, il dispose d(un sentier botanique. Diverses animations sont organisées tout au long de l’année.

Les chapelles

Les innombrables chapelles, croix et calvaires attestent de la ferveur religieuse du peuple breton. Dans la région, la plupart des hameaux possédaient une chapelle, pour certaines disparues aujourd’hui . Témoins du passé, des rites et croyances qui ont traversé les siècles, les chapelles font partie intégrante du petit patrimoine Questemberois.

Aujourd’hui, elles font l’objet d’une grande attention pour leur conservation et la transmission d’un héritage préservé aux générations futures.

Elles sont désormais entretenues par des associations ou frairies qui chaque année perpétuent la tradition des fêtes patronales en l’honneur de leur Saint.

Des années 1980 à aujourd’hui, les 7 chapelles ont fait l’objet d’importantes restaurations (toitures, vitraux, retables…). La commune, le département et la région, dans un souci de préservation du patrimoine, participent financièrement à ces travaux.

Chapelle Saint Michel

Chapelle du XVème siècle classée Monument Historique.

Cette chapelle fut construite vers 1440 sous le règne du Duc de Bretagne François 1er, à l’endroit supposé où St Vincent Ferrier prêcha le 3 mars 1418 lors de son passage à Questembert. Elle abrite une belle série de statues en bois polychrome du XVIème siècle. Elle a été restaurée en 2007/2008 et est ouverte au public de manière ponctuelle (concerts, journées thématiques…). La chapelle ainsi que la croix historiée à panneaux des XVIème et XVIIème siècles et l’if (plusieurs fois centenaire) qui l’accompagnent forment un ensemble classé Monument Historique. Devant la chapelle, un tombeau attire le regard : celui du Père Mulot, sculpté de têtes de morts et de larmes et qui, dit-on, aurait des vertus miraculeuses notamment pour la marche !

L’if, symbole d’éternité

À proximité de la chapelle ont retrouve un if. Symbole de vie et de mort, nos ancêtres lui attribuaient des vertus d’immortalité et le plantaient symboliquement à côté des lieux de cultes et des sépultures.

Chapelle Sainte Suzanne

La chapelle Sainte Suzanne est une construction assez récente puisqu’elle date de 1903. Cet édifice a remplacé l’ancienne chapelle qui tombait en ruine à quelques mètres de là. Plusieurs éléments ont cependant pu être sauvegardés et transférés dans l’actuelle chapelle notamment le retable en bois polychrome et certaines statues.Cette chapelle typique du XIXème siècle possède néanmoins la particularité d’une construction sur deux étages au-dessus de la sacristie. C’est là, au 1 er étage, que le prêtre chapelain logeait, les veilles d’offices. Cet édifice, après avoir appartenu à l’Evéché de Vannes, est devenu propriété de la commune en 2009. Celle-ci la rétrocède par un bail emphytéotique de 99 ans à l’Association Ste Suzanne.

C’est désormais l’association qui assure la sauvegarde et la mise en valeur de ce patrimoine.

Chapelle Saint Vincent (village de Saint Doué)

La chapelle Saint Doué ou Saint Vincent est dédiée à Saint Vincent Ferrier. Elle a été en partie détruit pendant la révolution puis laissée à l’abandon pendant plusieurs siècles en témoignait l’arbre qui avait alors poussé à l’intérieur de la chapelle. Deux sources circuleraient sous l’édifice. L’une dans sa longueur et l’autre dans sa traverse en se croisant au-dessous de l’autel. On peut donc penser que cette chapelle n’a pas été construite sur cet emplacement par hasard. A l’extérieur, des gargouilles représentant des animaux fantastiques veillent sur les lieux. Une croix bannière accueille les visiteurs devant la chapelle. Elle représente d’un côté le christ en croix et de l’autre une piéta. Cette croix est inscrit aux monuments historiques.

Chapelle Sainte Noyale (village de Lesnoyal)

Bien qu’il n’existe pas d’indications précises, la construction d’une nouvelle chapelle ou la restauration de l’ancien édifice daterait du XVIIIème siècle. L’écusson présent sur la croix située à proximité de la chapelle indique que la construction primitive pourrait être attribuée à la famille Chateaudérec. À l’intérieur, la voûte en bois et le retable Renaissance retiennent l’attention du visiteur, tout comme le confessionnal en bois datant du XIXème siècle (inscrit aux Monuments Historiques). La chapelle Sainte Noyale abrite de nombreuses statues de Saints : Ste Noyale, St Pierre, Ste Anne, St Cornély, St Antoine de Padoue. Ces statues témoignent de la ferveur du peuple breton qui n’hésitait pas à invoquer les saints pour guérir les plaies de l’âme et du corps.

Non loin de la chapelle, une croix située dans un petit enclos correspond semble-t-il à un ancien cimetière. En effet, il était de coutume autrefois, pour les paroissiens habitant les hameaux voisins des chapelles rurales, de se faire inhumer dans les petits cimetières attenant aux chapelles.

Chapelle Notre Dame de l’O (village de Bréhardec)

La découverte d’un parchemin, lors de la restauration de 1891, sur l’ancienne voûte en bois de cette chapelle ont permis d’en comprendre l’origine. Les inscriptions qu’il contenait ont été reproduites dans deux cadres exposés à l’intérieur de la chapelle. Cet édifice religieux a été bâti en 1211 selon un style gothique classique en l’honneur de Notre Dame de l’O. Ce nom original provient des « O » qui débutent les Antiennes, ou refrains, chantées pendant la semaine précédent Noël. La chapelle Notre Dame de l’O est caractérisée par une forme relativement allongée. À l’intérieur, un retable en bois de style Renaissance est accolé au mur nord de la nef. Les statues qu’il abrite viennent de faire l’objet d’une restauration tout comme les tableaux de la chapelle, notamment celui d’un artiste local, Hilarin Fraval.

Chapelle Saint Jean (village de Saint Jean)

chapelle-st-jean_questembertCette chapelle a été fondée par les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem au XIIème siècle, d’où son nom de Saint Jean de l’Hôpital.

L’édifice, construit suivant un plan en forme de croix latine, a été remanié aux XVIIème et XVIIIème siècles. Le bras nord est relié à la nef par deux arcades basses en plein cintre (la courbe de l’arcade dessine un demi-cercle) reposant sur des colonnes cylindriques, caractéristiques des édifices religieux appartenant aux Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem. Depuis les années 80, des vitraux représentant les Saints protecteurs de la frairie de St Jean ont été posés. La chapelle abrite également un maître-autel en granit et plusieurs statues, notamment celle de Saint Cornély, protecteur des bêtes à cornes.

Chapelle Notre Dame de Neiges (village du Bodan)

La chapelle Notre Dame des Neiges date du XVIème siècle mais a fait l’objet d’un agrandissement au XVIIème.

À l’intérieur de l’édifice, deux retables retiennent l’attention : l’un en bois de la fin du XVIIème l’autre, peint, découvert lors d’une restauration et qui daterait du XVIIème siècle. À l’extérieur, une croix historiée à panneaux du XVIème siècle et la fontaine constituent un bel héritage patrimonial au coeur du village du Bodan.

Le saviez-vous ?

Les retables

À l’origine, le retable est un simple meuble de bois ou de pierre placé derrière l’autel. Ils se développent au Moyen-Âge et prennent une dimension décorative (peints et/ou sculptés).

 

VALORISER LE CENTRE-VILLE

Afin d’inciter les habitants du centre ancien de Questembert à rénover leurs façades (mais aussi les menuiseries extérieures, charpentes et couvertures) la mairie va proposer la visite de l’architecte communal auprès des propriétaires de biens immobiliers. En effet, la Fondation du Patrimoine peut apporter une aide financière de 50% sur ces travaux.
Pour avoir de plus amples informations, contactez Monsieur Philippe Guyon, qui vous informera sur les détails de l’aide ainsi que la façon d’y souscrire.Il pourra évaluer les éventuels travaux et démarches à effectuer.
Contact : Philippe Guyon – Tél. : 02 97 26 02 79 – Mail : dst@mairie-questembert.fr

Partager cette page sur :